Depuis plus de quatorze ans, l'actualité ludique en décalé... très décalé !

jeudi 15 octobre 2015

Duel, Geoffrey Hayes et Swervedriver


Duel
est un jeu qui a connu de nombreux titres, et de nombreux jeux continuent, aujourd’hui encore, à s’appeler Duel. Mais le Duel de Geoffrey Hayes est unique en son genre. Publié en 1975, il a su séduire une dizaine d’éditeurs par son originalité.

L’action se déroule sur un tablier rectangulaire de 8 × 9 cases. Le but du jeu est de prendre le roi adverse ou son emplacement de départ. Chaque joueur possède huit pions qu’il déplace orthogonalement, avec la possibilité de changer une fois de direction. Pour prendre une pièce, il suffit de se rendre sur sa case. La pièce capturée est retirée du jeu, et ne pourra y revenir.
Duel est un jeu de stratégie classique, très classique… sauf que les pièces sont des dés ! On les déplace en les faisant « rouler » de case en case, la face supérieure changeant à chaque fois. Et c’est cette face supérieure qui indique la portée du prochain déplacement. Ces valeurs varient bien évidemment sans cesse, et le jeu devient vite extrêmement calculatoire.
Une image de Vaucharwen 30 sur BoardGameGeek


Duel est un jeu novateur, très prenant. Accessible à tout public, il demande cependant une analyse minutieuse de la situation. Pour gagner, il faut planifier ses coups bien en amont, et espérer ne pas trop perdre de pièces pour réussir ses assauts contre le roi adverse. Le joueur doit également prévoir la valeur que vont prendre les dés sur les cases d’arrivée, ses propres dés, mais aussi ceux de l’adversaire ! Bref, beaucoup de calcul pour des parties d’une vingtaine de minutes.

D’ailleurs, c’est bien simple, Duel est un jeu tellement intense qu’il a donné son nom à de nombreux morceaux de musique, et même à un film de Steven Spielberg en 1971 ! On retiendra ici la version de 1993 du groupe Swervedriver, qui chante les louanges du jeu :




C’est chouette la vie en dés !


Vous aimerez aussi :
Carrousel, Max Gerchambeau, Siouxsie and the Banshees, et le ukulélé

No Merci, Thorsten Gimmler et les Stranglers
Strike, Dieter Nüßle et She Keeps Bees
Magic Cooking, Pak Cormier, Ivy Colin et Magic Hawai
Splendor, Marc André et M83
Saint Petersburg, de Michael Tummelhofer et Supergrass
Space Walk, Rüdiger Dorn et Lemon Jelly
Le Dernier Jour, musique et jeu
San Juan, Andreas Seyfarth et Daniel Lanois
Full Moon, Claude Leroy et The Horrors
Genial, Reiner Knizia et Viktoriapark
Focus, Sid Sackson, John Reuben et Nneka
Mamma Mia, Uwe Rosenberg et Les Négresses Vertes
Mana, Claude Leroy et le Muppet Show
Manhattan, Andreas Seyfarth et Ella Fitzgerald
Take it easy, Peter Burley et Ghinzu
Luxor, j'adore !
Tekao, D. Manetti et Ottawan











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire