Depuis plus de quatorze ans, l'actualité ludique en décalé... très décalé !

jeudi 24 juillet 2014

Splendor, Marc André et M83



Splendor est un jeu de Marc André, paru en 2014. Le principe est très simple : il consiste à réaliser des combinaisons de pierres précieuses. Cela permet d’acquérir des cartes, qui rapportent elles aussi des pierres, parfois assorties de points de victoire. On peut également réserver une carte pour la poser plus tard. On prend alors une pièce d’or, c’est-à-dire un joker, qui remplace n’importe quelle pierre dans une combinaison. Lorsqu’on détient un certain nombre de cartes, on peut espérer remporter des bonus. Dès qu’un joueur atteint quinze points ou plus, la partie s’arrête, et on fait les comptes.


Splendor rappelle immanquablement Bazaar, le jeu de Sid Sackson paru en 1967. Il lui emprunte son thème et son principe. Mais alors que dans Bazaar, vous risquiez une fracture de neurone à chaque tour, Splendor est d’une fluidité remarquable. On sent que tout a été pensé, et calibré, pour offrir un très bel équilibre entre réflexion et progression du jeu. Splendor a même été tellement bien étudié que le thermoformage, à l’intérieur de la boîte, permet une mise en place très rapide (les cartes et les jetons sont classés d’avance), et une possibilité de jeu immédiate.


Le souci du détail a été poussé jusqu’à répartir équitablement les tuiles bonus, qui représentent autant d’hommes que de femmes. C’est tellement rare, dans les jeux de société modernes, que cela mérite d’être souligné, et encouragé !



Dans Splendor, un rapport parfait lie de façon intime règle hyper accessible, réflexion agréable, excellent rythme de jeu, et matériel de haute qualité. De superbes illustrations, dues au talentueux Pascal Quidault, mettent en valeur cette mécanique de façon magistrale. La recette fonctionne à merveille, et vous donne une furieuse envie : rejouer, et vite !

Un début de partie, photo éditeur


D’ailleurs, c’est bien simple : Splendor, c’est tellement bien, que le groupe M83 chantait les louanges du jeu déjà trois ans avant sa publication. Un morceau qui ravira tous les amateurs de musique électronique :




Rien de plus splendide que la vie de joueuse !


Vous aimerez aussi :
♦ No Merci, Thorsten Gimmler et les Stranglers
♦ Strike, Dieter Nüßle et She Keeps Bees
♦ 
Magic Cooking, Pak Cormier, Ivy Colin et Magic Hawai
♦ Splendor, Marc André et M83
♦ Saint Petersburg, de Michael Tummelhofer et Supergrass
♦ Space Walk, Rüdiger Dorn et Lemon Jelly
♦ Le Dernier Jour, musique et jeu
♦ San Juan, Andreas Seyfarth et Daniel Lanois
♦ Genial, Reiner Knizia et Viktoriapark
♦ Focus, Sid Sackson, John Reuben et Nneka
♦ Mamma Mia, Uwe Rosenberg et Les Négresses Vertes
♦ Manhattan, Andreas Seyfarth et Ella Fitzgerald
♦ Take it easy, Peter Burley et Ghinzu
♦ Luxor, j'adore !
♦ Tekao, D. Manetti et Ottawan




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire