Depuis plus de quatorze ans, l'actualité ludique en décalé... très décalé !

mardi 24 mai 2016

Le jeu solo rend-il sourd ?

Un article initialement publié sur Overblog, le 28 avril 2013


Tout le monde connaît les mots croisés, les casse-tête, le sudoku, les « livres dont vous êtes le héros », les patiences, etc. Ce sont des jeux qui se pratiquent en solitaire. Une multitude d’ouvrages leur sont consacrés, ils sont profondément ancrés dans la culture occidentale, à tel point qu’il ne viendrait à personne l’idée de les remettre en question.


Une facette inattendue du jeu en solitaire est pourtant en train de se développer : le « jeu de société solo ». Il est paradoxal de parler d’un jeu « qui se joue à plusieurs en solitaire ». Cela tient surtout à la définition française du jeu de « société », qui se joue à plusieurs, alors que la plupart des autres langues parlent d’un « jeu de table ou de tablier », préférant, pour le définir, parler de ses règles ou de son matériel spécifique. Après tout, jouer à la pétanque avec ses amis, c’est jouer en société, mais ce n’est pas jouer à un jeu de société. Il n’en demeure pas moins que, pour nombre de joueurs, cette idée de jeu de société solo semble assez incongrue, voire tout à fait licencieuse !

Le phénomène n’est pourtant pas nouveau. Ces dernières années, les éditeurs ont cherché à élargir leur public, en proposant des variantes solo à leurs jeux multi-joueurs. Elles consistent la plupart du temps à marquer le plus de points possible en optimisant ses coups. Parmi ces jeux, on retrouve Genial, Agricola, Horreur à Arkham ou par exemple Set. Set était initialement prévu pour deux à huit joueurs, en 1988. Ses dernières rééditions, datant de 2010 et 2012, l’indiquent maintenant pour un à vingt joueurs ! 





Certains éditeurs ont même décidé de sauter le pas en publiant des jeux directement prévus pour être joués en solo. La voie est ouverte avec brio en 2010 avec l’apparition fracassante d’Onirim, puis Urbion/Equilibrion en 2012, du belge Shadi Torbey. Cela est d’autant plus audacieux qu’Onirim est un « jeu de société coopératif solitaire » ! À noter également la sortie de Vendredi, de l’allemand Friedemann Friese, que les professionnels considèrent comme une très bonne vente. C’est un jeu 100% solo qui a été publié en 2012, après avoir été proposé en gratuit sur la toile.



Mais quel intérêt y a-t-il jouer tout seul ? Il est étonnant que l’on se pose la question, alors qu’elle ne viendrait pas à l’esprit pour les autres activités ludiques en solitaire (mots croisés, jeux sur console ou téléphone, sudoku, patiences etc.). On joue aux jeux solo : pour passer le temps, intelligemment ; parce nos partenaires de jeu ne sont pas toujours disponibles ; parce que lorsqu’on est seul, on peut projeter son propre univers sur le jeu, sans dépendre des autres participants. On joue à ce qu’on veut, quand on veut, et comme on veut : le jeu solo offre une très grande liberté. Les parties sont en général plus courtes (moins de manipulations, d’attente entre les tours), la mise en place est rapide et on évite souvent une explication de règles fastidieuse. Le jeu solo est beaucoup plus souple et s’adapte à toutes les situations.

Malgré cela, les éditeurs restent frileux et rechignent à publier des jeux solo. C’est donc surtout sur la toile qu’on les trouve, en jeux gratuits à fabriquer, et presque toujours en anglais. Voici néanmoins une petite sélection en français, pour vous permettre de goûter à ce plaisir défendu :


ZimP (Zombies in my Pocket)
est devenu un véritable classique du jeu solo. À tel point que lui aussi a été édité et commercialisé, avec une règle permettant de jouer en solo et jusqu’à huit joueurs. N’hésitez pas à essayer la version française de ce jeu désormais culte !




Fairy Tale in my Pocket
ZimP a inspiré de nombreux auteurs et a donné naissance à de multiples variantes sur le même principe. Les zombies vous rebutent ? Eh bien jouez dans l’univers du conte de fées ! Vous pourrez même en faire profiter vos enfants à partir de cinq ans.
10.000 in my Pocket
Non, décidément, les fées, ça ne vous convient pas, car vous êtes un guerrier, un vrai. Qu’à cela ne tienne ! 10.000, c’est le nombre estimé de soldats perses qui menacent votre royaume, et vous seul pouvez sauver la ville. En 16 tuiles, 9 cartes et 15 minutes ! Vous aurez également besoin d’un papier et d’un crayon.



Barricade Zombie/Escape of the Dead
Vous n’en avez pas eu assez, vous en voulez encore ?! Les voilà, tout frais dégoulinants, pile au moment où votre voiture tombe en panne ! Une page de règle, pour quinze minutes de jeu. 



Space Strips Envie d’espace ? Il suffit de demander ! Dans Space Strips, vous devez dégommer les envahisseurs en approche, tout en évitant les météorites ! Durée d’une partie : quinze minutes, deux pages à imprimer : règles + matériel de jeu à découper.


Planet Run Votre vaisseau s’est écrasé sur une planète inconnue. Vous le réparez en quelques jetés de dés. Mais attention à la faune locale : pour pouvoir subsister, il vous faudra également venir à bout des Escarboîtes et autres Rhinovaches !


À la Rescousse de la Terre/Emergency Earth
La Terre a déjà été attaquée par des extra-terrestres, mais jamais à ce point-là. La population compte sur vous, et votre mission est simple : sauver la planète... à l'aide de quatre dés !


Oh my Lair! 
Vous êtes le Seigneur de Ténèbres, en train de boire tranquillement votre café dans votre repaire super secret, lorsque votre espion vient vous informer que quelqu'un veut vous attaquer ! Envoyez-lui vos créatures les plus abominables pour en venir à bout ! Mais attention, la bataille risque d'être rude ! En deux pages, le tour est joué ! :)




Mise à jour 2016
Un fidèle lecteur nous signale qu’il existe également des jeux de rôle solo. Il nous dit : "Il est plutôt rare d’en trouver, mais une légère tendance est en train d’apparaître avec, notamment, The Beast et Happy." Pour se familiariser avec le concept, il nous conseille ces trois jdr solo qui tiennent en une page. Ils sont gratuits et en français :



Apolcalypse 1P : Adaptation libre du dorénavant très classique Apocalypse World, de Vincent Baker. 
 



La Quête du Joker : Avec un simple jeu de 54 cartes, vivez une aventure extraordinaire ! Un exemple de début de partie vous est donné pour vous aider à aborder la notion de jdr solo.








Dans Solo Model, on vous annonce tout de suite la couleur : "Vous incarnez le représentant diplomatique d'un pays, d'une faction ou d'un pouvoir quelconque. Seul face à vous-même, vous allez devoir négocier et apprendre à faire des compromis"


Quelques minutes de bonheur instantané, pourquoi bouder ce plaisir ? Le jeu solo vous fait vivre de grandes aventures ; en revanche, ne comptez pas sur lui vous muscler.




C‘est chouette la vie de joueuse, même d'une seule main !

 

2 commentaires:

  1. Un très beau et réussi tour d'horizon de cette niche dans le loisir, que pour ma part je ne pratique pas, préférant faire les choses en groupe, voir, en troupeau. Jeux de rôles en solo, je ne connais pas et je me penche donc dessus, en suivant tes liens!

    RépondreSupprimer
  2. À vrai dire, je ne pratique pas non plus, mais j'aime bien regarder les gens jouer. Et mine de rien, il y a pas mal de demande. De gens qui sont seuls, ou qui ont dix minutes à perdre ou qui ont peu d'espace pour jouer, dans les transports par exemple ;) J'ai donc essayé de réunir quelques liens, de jeux gratuits et en français. J'espère que ça servira, et s'il y en a d'autres, je les ajouterai avec plaisir :)

    RépondreSupprimer